Qui n'a jamais rêvé d'être un oiseau ? Déployer ses ailes, s'envoler, jouer avec le vent... Observer le monde avec des yeux empreints de mille vérités.

 

 Je me demande où va le monde. Je le regarde, et je ne le comprends pas. Alors je laisse mon esprit vagabonder parmi les oiseaux. Notre imagination connaît-elle des limites ? J'ai envie, et besoin, de croire que non. Car en tant que grande idéaliste de surcroît, je sais déjà que je ne trouverais jamais ce que je cherche, mis à part à travers mes rêves.

J'ai presque terminé, pour la 3e fois déjà, les trois trilogies de mon auteur favori. Cette fin m'effraie, je la retarde au maximum, ne m'octroyant que trente minutes de lecture par jour, histoire de savourer. Avec ces livres, je découvre un monde incroyable, semblant être fait pour moi. Peut-être faudra-t-il que je crée un jour le mien, à travers mes mots. Me lasserai-je un jour de ces livres, que je lis et que je relis chaque année avec la même adoration ? Je crois sincérement que notre aptitude à nous émerveiller ne dépend que de nous, de notre ouverture d'esprit, de notre soif de beauté...

 Je ne suis pas une éternelle insatisfaite, comme l'on pourrait le croire en lisant mes écrits. J'aime aussi les petits plaisirs de la vie, le cinéma, une couette bien chaude, l'odeur du pain d'épices qui cuit, le bruit que fait les gouttes en tombant au sol... Cependant, la solitude ne me dérange pas, je n'ai pas une ambition démesurée et je ne recherche pas la gloire, le jugement des autres m'importe peu.

Je n'aspire qu'à une seule chose.

Infiniment précieuse.

Terriblement rare.

La Liberté.