Je ne sais que dire.

La seule phrase qui me vient ne tête, c'est : Tout ça, pour ça. Tout ce stress, cette pression, ce travail, cet engagement, tout ça pour 20 petites minutes frustrantes et déstabilisantes. 20 minutes dont je suis sortie hébétée, bouche bée, sans voix. Bien sûr, on me répète que je ne suis pas objective, qu'il faut y croire, que les résultats n'ont pas encore été prononcés. Mais c'est tout comme.

Alors j'attends. Je ne sais pas ce que j'attends, mais j'attends. Un signe, une évidence, une lueur d'espoir. Je regarde le ciel, en écoutant Standing still, de Roman Lob. Les nuages défilent, et j'espère secrètement qu'ils enmèneront avec eux tous mes maux.

Le vent l'emportera.